Le massacre de Robben Van Persie: Espagne 1 – Pays-Bas 5

C’est bon la Coupe du monde est vraiment partie avec sa première surprise et son premier match de folie. Le festival offensif est signé Robben Van Perise. Dans le rôle des spectateurs, les espagnols. Un 5-1 dans les dents, c’est dur pour le champion du monde sortant. Surtout quand on se prend un telle fessée.

Tout avait bien commencé pourtant. Van Gaal jouait la prudence et le contre avec son nouveau 5-3-2, tandis que Del Bosque ressortait son 4-3-3 type, avec un vrai attaquant, Diego Costa. C’est d’ailleurs lui qui s’illustre en premier, en tombant dans la surface après un non contact avec Vlaar. L’arbitre n’hésite pas. Pénalty. Xabi Alonso le transforme et là on se dit que les Oranjes vont vivre un match difficile. Et pourtant non ce n’est pas le cas. Les espagnols poussent, mais la défense batave tient le coup. La mi-temps approche et c’est le moment que Daley Blind choisit pour faire un monstrueux centre en direction de Van Persie. Tête plongeante improbable. Le Hollandais volant est là et il relance totalement son équipe avant la pause.

Après la mi-temps, on se dit qu’une Espagne revancharde va manger la bande à Robben. Mais non, c’est tout l’inverse. Ils ont bien compris que ce soir, il y avait de la place. Et que l’Espagne n’avait pas les jambes. Rebelote, Blind transmet au chauve Arjen. Le bavarois contrôle, dribble une défense à la rue niveau marquage et transperce Casillas. A 2-1, on se dit que c’est bon le match est lancé la Roja va aller chercher sa victoire. Et pourtant c’est à ce moment que le massacre va s’enclencher. Un coup de pied arrêté et c’est le 3-1. Un Casillas perdu face à RVP, 4-1. Un Robben qui s’amuse dans la surface de réparation espagnole, 5-1. Le sixième aurait pu venir, mais la revanche est déjà réussie pour les Oranjes. Il n’y a plus qu’à assurer ce résultat au tableau d’affichage, pour l’Histoire.

Si les Pays-Bas ont gagné c’est en grande partie grâce à leur solidité, mais surtout grâce à Blind et aux coups de génie des deux top players, RVP et Robben. Quand à l’Espagne, à l’ouest en deuxième période, on ne comprend pas comment elle a pu lâcher en intensité en deuxième période. Peut-être au deuxième but, quand Robben trouve l’espace que Air Robin avait trouvé en première période. On ne peut pas savoir tant la faillite a été collective. Une claque dans la gueule des favoris pour ce Mondial. Mais peut-être une claque salvatrice. Les « experts » du ballon rond vont nous parler de la France en 2002, de la Suisse qui avait battu en ouverture l’Espagne au Mondial 2010 … malheureusement comparer deux époques différentes avec un statut différent est un peu osé.

Del Bosque a la chance de pouvoir composer un nouveau 11 grâce à son banc de luxe. L’heure est au rachat et à la réponse sur le terrain face au Chili et l’Australie. Et après, avec un peu de chance, ça sera les huitièmes. Une phase de poules que San Iker ne jouera probablement pas. Quel travail ingrat le métier de gardien. Quand aux Pays-Bas, la prestation était magique, encore faudra t-il la répéter contre le Chili pour confirmer son nouveau statut.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s