Les Super Eagles dans le viseur des Bleus

La France a réussi à se sortir sans trop forcer de son groupe E. Après avoir étrillé le Honduras et la Suisse, les Bleus ont assuré l’essentiel contre l’Equateur. Mais voilà, les choses sérieuses commencent avec les matchs à élimination directe et c’est le Nigéria qui se profile à l’horizon. Les Super Eagles sont sur courant alternatif depuis le début de ce Mondial. Eteints contre l’Iran, victorieux sans panache des bosniens, c’est contre l’Argentine que les champions d’Afrique ont montré leur vrai visage, et leur attirail offensif. Alors vrai danger ou formalité pour les Bleus? Réponse avec cette analyse sur des Eagles en manque de super.

Compo Nigéria

Vincent Enyema
Gardien du nid
31 ans – 93 sélections


Enyema

Sans doute l’Eagle le plus connu de cette équipe. Sa grosse saison au LOSC parle pour lui. Le pire c’est qu’il affiche le même niveau en sélection. Il a tout simplement été nommé meilleur gardien de cette phase de groupes. Alors certes, ça a quoi de faire peur, mais même en enchaînant les parades Vince s’en est pris trois contre l’Argentine, dont un but gag du défenseur Rojo. Les deux autres ont été inscrits par Messi, un Ballon d’Or qui marque sans courir depuis le début du Mondial. Avec petit vélo et la Benz ça sera un peu moins statique. Néanmoins le lillois affiche déjà le plus grand nombre d’arrêts de la compétition. 18, rien que ça. Le suivant est l’équatorien Dominguez avec 17. Il faut dire que les français l’ont bien aidé en lui tirant dessus. Espérons que les frappes soient mieux cadrés ce soir côté Bleus.

La défense
Le talon d’Achille de la sélection


Yobo

Si le Nigéria n’a encaissé aucun but avant sa rencontre contre l’Argentine, elle le doit plus à son gardien qu’à sa défense. Sans un grand Enyema, l’Iran aurait même obtenu la victoire. Dans la charnière défensive type, Obaobona s’est blessé dès le premier match, remplacé par le pilier de la sélection Joseph Yobo. L‘ancien d’Everton aux 98 sélections est un gage de sécurité pour la défense. Néanmoins un temps de jeu faible à Norwich ne le met guère dans les meilleures conditions pour être serein. Alors certes il y a l’expérience, mais le vétéran a à ses côtés un jeune pousse, certes prometteur, mais encore fébrile. Car même si Kenneth Omeruo appartient à Chelsea, il n’a pour l’instant eu comme adversaires que l’Eredivisie et un peu de Championship avec Middlesbrough. Dzeko l’a souvent mangé dans les duels. Autant dire qu’avec Giroud ça sera pareil.

Sur les ailes, les latéraux ne sont pas non plus l’assurance tout risque. A gauche, Juwon Oshaniwa. Alors certes on dirait plus un joueur nippon, mais l’Eagle joue bien pour le Nigéria, ainsi que dans le club israélien d’Ashod. On ne connait pas, mais on pourrait se dire que ça ne veut rien dire et qu’il est atteint du syndrome Costa Rica. Et bien non. Valbuena n’aura pas beaucoup de mal à percer l’aile droite de l’attaque. A droite de la défense verte, un joueur plus connu, Efe Ambrose. Le latéral du Celtic n’est pas l’as du placement et du marquage, mais il pourrait se montrer bien plus dangereux  en phase offensive. On est loin de Célestine Babayaro, mais ça en prend le chemin. Attention donc à ce grand gabarit (1m90) rapide.

John Obi Mikel – Ogenyi Onazi
Fer de lance de l’attaque Eagle


Obi Mikel

Le Nigéria fonctionne avec deux milieux récupérateurs, pour ensuite lancer les attaques des Super Eagles. Un peu comme la France donc, sauf que les deux milieux nigérians n’ont pas le potentile offensif d’un Matuidi. On ne peut pas vraiment dissocier le duo, tant ils fonctionnent bien ensemble. Ca c’est surtout vu contre la Bosnie, un peu moins face à l’expérience de l’Argentine. Le blues Obi Mikel est celui qui a le plus de caisse, compte tenu de son niveau au plan international et en club. Face au manque de milieu créatif, c’est lui qui oriente le jeu de l’équipe. Il est dans cette tâche épauler par le jeune Ogenyi Onazi. Déjà titulaire à la Lazio alors qu’il n’a que 21 ans, c’est lui qui intercepte la plupart des ballons (déjà 9 interceptions). Il aussi montré qu’il aimait beaucoup monter et tenter sa chance avec des frappes de loin. Sunday Oliseh like this.

Peter Odemwingie
Le vétéran décisif


NigeriaNT

Bloqué en pointe par Emmenike, pas assez rapide pour amener le danger sur les ailes, Odemwingie s’est reconverti en milieu offensif-attaquant de soutien en sélection. A 32 ans, le joueur de Stoke a avec lui une solide expérience de la Premier League. Titulaire dans ce Mondial depuis le fiasco offensif contre l’Iran, il a été décisif contre la Bosnie. Il faut dire que Emmenike l’avait bien aidé en faisant le ménage. Pas le plus grand des dangers mais le genre de joueur qu’on sous-estime, dont on se moque avant le début du match, et puis qui au final se retrouve sur le tableau d’affichage, du côté des buteurs.

Ahmed Musa
Le danger viendra des ailes


Ahmed Musa

A l’heure où nous écrivons l’article nous ne savons toujours pas qui va remplacer Babatunde pour débuter contre la France. Le tout jeune joueur s’est fracturé le poignet contre l’Argentine. En toute logique, on devrait retrouver Victor Moses à droite, mais l’Eagle semble connaître le même destin que Tijani Babangida. Un aigle ultra-rapide mais qui se déplume tout aussi vite. Il n’a rien montré contre l’Iran et c’est donc logiquement que Keshi a privilégié d’autres options. Peut-être Shola Ameobi donc. En tout cas l’animateur offensif de l’aile gauche n’égalera pas Ahmed Musa.

La jeune pousse verte est pour l’instant la révélation de ce Mondial côté nigérian. Il a permis à son équipe de rester dans la partie contre l’Argentine, après avoir pris la défense de vitesse et planté deux buts. Danger donc, car c’est le genre de joueur qui peut dribbler à lui tout seul une défense et être décisif. A Patrice Evra de nous prouver qu’il n’est pas le latéral de United pour rien.

Emmanuel Emmenike
Supersonic Eagle


Emmenike

Vous avez vu Enner Valencia contre la France. Tant mieux, car ce soir il y aura pire pour Varane et Koscielny. Emmanuel Emenike aura certes la vitesse, mais l’impact physique en plus. Le mix entre un Kanu et un Obafemi Martins. L’attaquant pivot des Eagles est le second danger pour les Bleus. Meilleur buteur de sa sélection durant la campagne qualificative ou lors de la CAN 2013, Manu n’a pas encore marqué dans ce Mondial. Mais c’est son travail offensif qui a fait le plus mal aux défenses adverses. Déjà double passeur décisifs, c’est le joueur du Fener qui a fait plier la bande à Dzeko.

Un petit pronostic avant de conclure cette analyse des Super Eagles. France 2 Nigéria 1.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s